We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

L’ISP admise aux relations officielles avec l’OMS

10 Mai 2018
L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a établi des relations officielles avec l’Internationale des Services Publics (ISP). La décision a été prise par le Conseil exécutif de l’OMS le 26 janvier dernier, à l’occasion de sa 142ème session.

Élaboré conjointement par l’OMS et l’ISP dans le contexte du cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques de l’OMS (Framework of engagement with non-State actors - FENSA), le Plan de collaboration pour la période 2018-2020 a également été approuvé par le Conseil exécutif de l’OMS. Il met l’accent sur le Plan d’action quinquennal pour l’emploi en santé et la croissance économique inclusive (2017-2022), S’engager pour la santé, discuté et adopté lors de la 70ème Assemblée mondiale de la Santé en mai dernier.

Le 8 février, Rosa Pavanelli, Secrétaire générale de l’ISP, a rencontré au siège de l’Organisation mondiale de la Santé le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation. Elle a exprimé la reconnaissance de l’ISP à l’égard de cette nouvelle forme de relations ainsi instituée entre les deux organisations.

Le Dr Ghebreyesus a déclaré que l’OMS se réjouissait de travailler avec l’ISP afin « d’étoffer et de transformer les personnels du secteur sanitaire » à travers le monde. Les relations officielles à présent instituées permettront aux travailleurs/euses de la santé organisé(e)s en syndicats de mieux contribuer au processus d’élaboration des politiques en matière de santé internationale. L’ISP peut désormais participer et intervenir au niveau des structures décisionnelles de l’OMS, à l’échelon international et régional. 

Grâce à cette avancée sans précédent, l’ISP et ses affiliés pourront s’assurer que les préoccupations des personnels de santé et la défense de la santé publique demeurent des questions cruciales dans le cadre du processus d’élaboration des politiques à travers le monde, afin de parvenir à un monde meilleur apte à garantir des services de santé de qualité pour toutes et tous.

Lors de sa visite à l’OMS, la Secrétaire générale de l’ISP avait clairement montré cette intention en soulignant la nécessité d’augmenter le financement public de la santé. Seul le système de santé publique, a-t-elle dit, est à même de garantir l’universalité des soins de santé, étant donné que les prestataires privés sont mus par une volonté de profit.

Elle a également insisté sur la nécessité d’un dialogue social dynamique afin de maintenir des relations de travail harmonieuses. Le non-respect du droit des syndicats d’organiser les travailleurs/euses et de négocier collectivement peut engendrer des conflits susceptibles de nuire à la prestation des services de santé. Les conséquences sont particulièrement désastreuses dans les situations d’urgence sanitaire, comme en a témoigné l’évolution de la situation au Liberia au cours de l’épidémie d’Ebola, où le gouvernement n’avait pas respecté les droits syndicaux et du travail des agents de santé.

Rejoignant les propos de la Secrétaire générale de l’ISP, le Dr Ghebreyesus a convenu que la priorité devait être de veiller à la sûreté et la sécurité des travailleurs/euses de la santé, dont l’action héroïque permet de sauver des vies et de rendre le monde meilleur. Il a également souligné l’importance d’appréhender la question de la migration des travailleurs/euses de la santé d’une manière qui profite à tous les pays.

Enfin, le Directeur général a assuré Rosa Pavanelli de la détermination de l’OMS à coopérer étroitement avec l’ISP dans le cadre de son action aux niveaux international et régional.

Cet article est extrait de Bulletin d’information « Droit à la Santé », numéro 04 (avril/mai 2018). Abonnez-vous au bulletin. Envoyez-nous vos articles.

Voir aussi