We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

La fiscalité est une question de vie ou de mort

27 Juillet 2015
Lorsqu’il s’agit de financer le développement durable, les questions fiscales constituent peut-être la pièce la plus critique du puzzle. Pourtant, notre système de taxation des bénéfices internationaux n’est pas adapté à notre économie mondialisée, désavantage les pays les plus pauvres, et ne dispose d’aucun organisme de coordination à l’échelle mondiale.

La Secrétaire générale de l’ISP Rosa Pavanelli est intervenue lors du débat sur la réforme fiscale, organisé à Addis-Abeba par l’ICRICT en partenariat avec la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung, juste avant le lancement de la Conférence sur le financement du développement (FFD3), le 13 juillet dernier. Les membres de l’ICRICT ont appelé à la mise en place d’un organisme intergouvernemental chargé de la fiscalité, dans le cadre du programme de financement du développement.

« Au vu de leur importance, les impôts ne peuvent être décidés dans des cercles restreints. Il est nécessaire de mettre en place un organisme intergouvernemental chargé de la fiscalité, chapeauté par les Nations Unies, afin de trouver des solutions et de contribuer au développement dans un environnement transparent et démocratique, dans lequel tous les intérêts sont représentés et toutes les voix sont entendues. », a déclaré Rosa Pavanelli lors de la table ronde de la FFD3 sur la justice fiscale.

Lorsqu’il s’agit de financer le développement durable, les questions fiscales constituent peut-être la pièce la plus critique du puzzle. Pourtant, notre système de taxation des bénéfices internationaux n’est pas adapté à notre économie mondialisée, désavantage les pays les plus pauvres, et ne dispose d’aucun organisme de coordination à l’échelle mondiale. Afin de s’attaquer aux plus grands défis de l’éradication de la pauvreté, des inégalités et du développement durable, il est impératif de réformer ce système obsolète.

L’ICRICT réunit des intellectuels du monde entier, qui considèrent que nous nous trouvons à un moment clé de l’histoire où il est non seulement nécessaire – mais également où il n’a jamais été aussi important – de réformer radicalement le système fiscal international applicable aux sociétés. Le récent rapport de la Commission, qui a fait grand bruit, appelle à des changements majeurs de notre système de taxation des bénéfices internationaux.

Parmi les autres intervenant(e)s, on retrouvait notamment José Antonio OCAMPO, Président de l’ICRICT, Ancien Sous-Secrétaire général des Nations Unies, Joseph E. STIGLITZ, lauréat du prix Nobel d’économie, Pascal SAINT-AMANS, Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE, Winnie BYANYIMA, Directrice exécutive, Oxfam, Adriano CAMPOLINA, Directeur général, ActionAid, Eva JOLY, Députée du Parlement européen, Rev. Suzanne MATALE, Secrétaire générale, World Council of Churches, Zambie, Manuel MONTES, Conseiller principal, The South Centre, Léonce NDIKUMANA, Professeur d’économie, Université de Amherst, ainsi que Corina RODRÍGUEZ ENRÍQUEZ, Groupe de travail des femmes sur le FdD

Pour de plus amples informations sur les activités de l’ISP lors de la FFD3, consulter :

Voir aussi