Tchad : Les syndicats mettent en gardent sur un éventuel rabattement des salaires

08 Janvier 2018
Les fonctionnaires tchadiens débutent la nouvelle année dans la colère et l’incertitude

En effet, le Tchad traverse depuis deux ans, une crise financière que le gouvernement gère en faisant payer aux fonctionnaires le lourd prix.

Après la réduction de moitié de leurs indemnités en 2017, c’est le tour de la réduction des salaires qui est annoncée pour 2018. C’est ce que dit le gouvernement dans son décret ….qui prévoit un abattement de l’ordre de 5 à 45% selon le niveau de revenus afin de faire des économies et pouvoir répondre aux exigences du Fonds monétaire international (FMI) qui soutient le pays.

Chose inacceptable pour les fonctionnaires.

Par un communiqué, la plateforme Syndicale Revendicative, regroupant l’Union des Syndicats du Tchad (UST), la Confédération Indépendante des Syndicats du Tchad (CIST) et le Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Supérieur (SYNECS) a fait savoir qu’elle « rejette totalement ces abattements et met en garde le gouvernement sur l’éventuelle application de ces mesures.

La plateforme syndicale  se dit déterminée à ne rien céder au gouvernement et se dit surprise car au moment où les travailleuses et travailleurs attendent l’annulation du décret 687 portant réduction des indemnités, que le gouvernement prenne d’autres mesures plus drastiques contenues dans le budget 2018. Pour eux, malgré la disponibilité et la bonne volonté de la plateforme à travailler pour l’instauration d’une paix durable, le gouvernement persiste dans sa logique en imposant des mesures anti sociales telles que, le gel des effets financiers des avancements et reclassements et la suppression des frais de transport. «Malgré les discussions avec le gouvernement sur le bien-fondé de ces mesures, le gouvernement maintient sa logique d’abattement de salaire», regrettent les responsables de la plateforme qui appellent les militantes et militants à une prompte réaction dès que le Décret sera publié.

Voir aussi