Roulez pour la justice sociale : la Route de la Honte 2017

14 Juin 2017
Le 9 juin 2017, l’Internationale des services publics a organisé pour la quatrième fois la « Route de la Honte » et a invité à cette occasion les syndicats locaux, les organisations internationales, les ONG, ainsi que les citoyens genevois à participer à cette action de protestation à vélo en faveur de la justice sociale, des droits syndicaux et du droit de grève pour tous les travailleurs et travailleuses.

Des représentants de l’IE, d’ITF, d’Industriall, du Brésil, d’Ukraine, d’Algérie, de Colombie, du Guatemala, d’Argentine, du Nigeria et des Philippines se sont exprimés sur la solidarité internationale et sur l’importance de travailler ensemble afin de gagner la bataille pour la justice sociale, tout en bloquant la circulation de Genève le vendredi soir.

David Boys, le Secrétaire général adjoint de l’ISP, a déclaré : « Depuis quelques années, des millions de personnes à travers le monde demandent de meilleurs salaires et s’élèvent contre les mesures d’austérité et les accords commerciaux signés en secret, qui menacent de faire disparaître la démocratie et les droits acquis au prix de tant d’efforts. Au lieu de créer des emplois décents assortis de salaires décents, le modèle économique actuel recherche l’exploitation totale en imposant des salaires minimum et des contrats zéro heure, et en faisant travailler gratuitement les jeunes pendant des mois. Dans de nombreux pays, la situation des travailleurs est encore plus désespérée, du fait du manque d’accès régulier à l’emploi, de l’investissement insuffisant dans les services publics et de la montée de l’insécurité. L’ISP préconise une transformation réelle du monde du travail et un changement politique, social et culturel fondé sur des politiques favorables aux femmes et aux travailleurs. Les syndicats ont un rôle essentiel à jouer dans cette perspective.

Nous appelons à l’application des droits fondamentaux pour tous, comptant sur le rôle moteur de l’OIT, et à la promotion du modèle du dialogue social pour concrétiser les objectifs de développement durable. Sans engagement réel vis-à-vis des droits humains, nous ne serons pas en mesure de mettre en œuvre le programme de développement pour l'après-2015. Les ODD doivent reposer sur l’égalité et les droits humains au lieu d’encourager la privatisation et la commercialisation incontrôlée de tous les biens publics. Un avenir durable se construit sur la démocratie et le travail décent, et non sur les intérêts d’une poignée d’individus.

« Nous sommes ensemble sur la Place des Nations pour défendre les droits syndicaux, les droits de négociation collective et le droit de grève pour tous les travailleurs ! Nous sommes ici pour témoigner de notre solidarité avec tous les syndicalistes qui luttent pour leurs droits et leur vie ! 

La Route de la Honte est organisée en marge de la 106ème Conférence Internationale du Travail (CIT) à Genève. Un des enjeux de cette conférence annuelle est de déterminer quels pays respectent leurs obligations en matière de droits des travailleurs et de leurs syndicats en vertu des conventions internationales du travail. L’Algérie, l’Argentine, le Botswana, le Brésil, la Colombie, l’Équateur, le Guatemala et la Turquie figurent parmi les pays où la situation est particulièrement préoccupante pour les membres de l’ISP.

Dans ces pays comme dans de nombreux autres, les violations des droits sont multiples : refus de l’enregistrement des syndicats, discrimination à l’encontre des travailleurs syndiqués, répression politique, impunité pour les auteurs d’agressions violentes et d’assassinats perpétrés contre des syndicalistes, conditions de travail dangereuses. Les emplois précaires dans le secteur public et les mesures d’austérité continuent de menacer les droits humains et syndicaux à travers le monde.

La Route de la Honte (#RouteofShame) est passée devant les missions de nombreux pays, parmi lesquels la Colombie, la Turquie, l’Équateur, le Guatemala et le Botswana.

 Photos sur Facebook

Photos à télécharger sur Flickr

 

Pour plus d’informations consultez la page des droits syndicaux de l'ISP

 

Voir aussi