We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Malaisie : protéger les professionnels de santé du secteur privé

11 Avril 2017
La Malaisie se vante de fournir à sa population l'un des meilleurs services de santé qui soit au monde en termes de qualité et d'accessibilité. Mais l'escalade des coûts qu'entraine le maintien de ses services de qualité s'avère être un poids financier.

Les services publics sont assurés actuellement pour un coût très faible et, grâce aux initiatives du gouvernement qui passent par un programme de transformation économique, l'accessibilité à des services sanitaires de qualité continue d'être garantie. Les infrastructures sanitaires sont entretenues et le nombre de cliniques en construction augmente de façon à ce que personne ne soit privé d'accès aux services de santé pour manque de moyens financiers.

Alors que les personnels de santé travaillant dans les établissements publics sont bien représentés dans les syndicats qui veillent au bien-être de leurs membres, c'est moins le cas des professionnels du secteur privé. De gros efforts coordonnés doivent être faits pour que cette catégorie soit protégée par les syndicats. À l'heure actuelle, il n'existe pas de syndicat national pour défendre les intérêts des professionnels de santé du secteur privé.

Les établissements de soins privés se sont multipliés au cours des dernières années, entrainant le recrutement d'un grand nombre de travailleurs/euses dans le pays et à l'extérieur. On ne sait pas grand-chose d'eux et aucune initiative n'existe à ce jour pour les rassembler au sein d'une organisation-mère. Cela créé beaucoup d'inquiétude parmi ces professionnels.

Le centre national du travail doit concerter ses efforts pour envisager la formation d'un syndicat des professionnels de santé du secteur privé dans la mesure où ce secteur continue de grossir, en particulier en raison de l'encouragement du tourisme médical. 

Même si la Malaisie dispose d'une législation nationale sur un salaire minimum pour les travailleurs/euses du pays, il est nécessaire malgré tout que les syndicats jouent leur rôle efficacement auprès des travailleurs/euses pour qu'ils continuent à bénéficier de bonnes conditions de travail et d'une bonne rémunération, tout en assurant des services sanitaires publics de qualité auprès de la population.

Rapport de Nor Hayati Abd Rashid, Présidente du syndicat malaisien des personnels infirmiers (MNU), Malaisie

Cet article est extrait de Bulletin d’information « Droit à la Santé », numéro 01/2017. Abonnez-vous au bulletin. Envoyez-nous vos articles.

Voir aussi