Les syndicalistes coréens en grève de la faim ont besoin de votre soutien

février 05, 2013
Kim Jungnam KGEU President en grève de la faim
Kim Jungnam, président du KGEU, le syndicat coréen des employés du gouvernement (fonction publique), affilié à l’ISP, a entamé une grève de la faim, le 15 janvier, à Séoul, dans la rue, devant les bureaux du Comité de la transition présidentielle.

Il proteste contre le licenciement de 137 employé(e)s, dont le président et le secrétaire général du syndicat, qui sont punis pour leurs activités syndicales. Ils sont accusés d’être les dirigeants d’une « organisation illégale », le KGEU.

La présidente de la république, récemment élue, Park Guenhye, qui devrait être investie le 25 février, s’est engagée à une réformation sociale. Le KGEU demande que le syndicat soit reconnu et les employé(e)s soient réintégrés dans leurs emplois.

Le KGEU estime que ces licenciements sont une violation des droits de l’homme et demande à ce que le gouvernement prenne en compte les préconisations de l’OIT qui exhorte la Corée à garantir les droits syndicaux et la liberté syndicale depuis bien des années.

Le 30 janvier, après 16 jours de grève de la faim, Kim Jungnam a perdu connaissance et a été hospitalisé. Les vice-présidents de KGEU ont pris le relai et entament à leur tour une grève de la faim.  

Le 31 janvier, lors d'une conférence de presse, le KGEU a présenté au gouvernement plus de 8,000 lettres de protestation obtenues grâce à la campagne de Labourstart. Rosa Pavanelli, Secrétaire générale de l'ISP, a envoyé un message vidéo témoignant du soutien et de la solidarité de tous les membres de l'ISP.

Parallèlement, le KGEU et le KPTU (syndicat des services publics et travailleurs aux transports) organisent des pétitions exhortant le gouvernement coréen de réintégrer tous les travailleurs et travailleuses licenciés à cause de leurs activités syndicales légitimes.

L’ISP soutien entièrement les demandes des affiliés et a écrit des lettres de protestation à la présidente Park Guenhye, lui demandant de respecter les normes fondamentales de l’OIT.

L’ISP demande à ses affiliés  de témoigner de leur solidarité en envoyant des messages de protestation et de solidarité par le biais de la campagne de Labourstart.

Envoyer une lettre de protestation sur Labourstart

Voir aussi