We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Les infirmières du Kerala tiennent tête au puissant secteur hospitalier privé

24 Septembre 2017
Health worker in India prepares to vaccinate baby
Le 20 juillet 2017, les infirmières de l’État du Kerala, au sud de l’Inde, ont remporté une victoire stimulante avec une importante hausse des salaires à la clé. Elles se sont battues pendant un mois en résistant avec détermination à tous les efforts déployés par le secteur hospitalier privé pour les décourager.

Le 19 juin, les infirmières, organisées sous l’égide des syndicats d’infirmières United Nurses Association (UNA) et Indian Nurses association (INA), ont entrepris une action de grande ampleur pour demander la mise en œuvre de la directive de la Cour suprême visant à aligner les salaires des hôpitaux privés sur ceux du public. Environ 150.000 infirmières travaillent dans le privé au Kerala.

À partir de ce cadre juridique, les salaires de base sont approximativement passés de 150 EUR (11.000 INR) à 270 EUR (20.000 INR).

L’action des infirmières a commencé par une grève perlée dans le fief de l’UNA, à Thrissur, et de nombreux hôpitaux ont dû fonctionner au régime minimum. Pendant que la plupart des employés participaient à un défilé en direction du « District Collectorate » (le centre administratif), une équipe d’infirmières cadres s’occupaient des cas les plus urgents dans les hôpitaux en grève. Les services des urgences avaient le strict minimum de personnel. Aucune nouvelle admission n’était autorisée et les consultations externes n’étaient pas assurées.

Le salaire de base des infirmières s’élève à 11.000 INR, mais leur salaire net est très inférieur après les déductions pour les repas et l’hébergement rendues obligatoires par la direction de l’hôpital. D’après les renseignements dont nous disposons, les salaires nets oscillent entre 7000 et 8000 INR et la plupart des infirmières gagnent moins de 20.000 INR, même après dix années de service.

Face à la pression exercée par le mouvement des infirmières, le 27 juin, le gouvernement du Kerala (GoK) a convoqué une réunion entre le Comité des relations de travail, l’UNA, l’INA et la direction des hôpitaux du secteur privé, représentée par le syndicat hospitalier Kerala Private Hospitals Association (KPHA), mais aucune solution n’a été trouvée. Toutefois, l’UNA a continué de faire pression sur le GoK afin de négocier une solution favorable aux travailleurs, ou d’adopter un salaire minimum pour les infirmières du secteur privé du Kerala conformément aux directives de la Cour suprême.

L’UNA a envoyé un préavis de grève à 322 hôpitaux de plus de 50 lits dans l’ensemble de l’État du Kerala. La grève ayant été différée sur injonction de la Haute Cour, les infirmières ont organisé de grandes actions collectives telles que des défilés, des sit-in et des grèves de la faim en relais. Le 20 juillet, le GoK a fini par accéder aux demandes des infirmières. La rencontre entre les représentants des syndicats d’infirmières, la direction de l’hôpital et le Chef du gouvernement du Kerala, M. Pinarayi Vijayan, a donné lieu à la décision de faire passer à 20.000 INR le salaire minimum des infirmières qui travaillent dans les hôpitaux de plus de 50 lits.

Le gouvernement s’apprête à nommer un comité pour décider du salaire des infirmières qui travaillent dans les hôpitaux de moins de 50 lits, ainsi qu’une hausse du salaire des élèves infirmières. Ce comité devra rendre son rapport dans un mois.

Jasminsha, le Président de l’UNA, a déclaré : « C’est une victoire historique. Cela montre que quand les travailleurs sont unis, ils peuvent inciter les gouvernements à intervenir en faveur des classes populaires et obliger le secteur privé à satisfaire nos demandes. L’UNA va poursuivre son combat pour veiller à ce que cette avancée juridique devienne une réalité pour toutes les infirmières du Kerala ».

L’AFT, affilié de l’ISP aux États-Unis, a adressé un courrier au Chef du gouvernement du Kerala pour l’exhorter à trouver une solution en négociant avec le syndicat.

Par Susana Barria, Coordinatrice de projet à l’ISP pour l’Asie du Sud

 

Voir aussi