We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Le travail décent en faveur de la santé pour tous

25 Mai 2018
Le personnel de santé est l’épine dorsale du système de délivrance des soins de santé et autres services sociaux. La santé pour tous exige l’accès universel à un personnel motivé dans le domaine de la santé et des services sociaux, à l’échelle mondiale. L’Organisation mondiale de la Santé annonce un déficit de 18 millions d’employé(e)s dans le secteur de la santé et des services sociaux d’ici 2030 si les mesures nécessaires ne sont pas prises immédiatement. Cette situation empêcherait d’ailleurs de réaliser la couverture sanitaire universelle, pourtant érigée au rang de priorité par le Programme de développement 2030.

C’est sur cette toile de fond qu’a été créée la Commission de haut niveau des Nations Unies sur l’emploi en santé et la croissance économique, auprès de laquelle j’ai eu l’insigne honneur de représenter les travailleurs/euses et les services publics. Les recommandations formulées par cette Commission ont eu un impact certain. Elles ont ainsi été intégrées au programme du Groupe de travail sur la santé, établi à l’occasion de la 70ème Assemblée mondiale de la santé l’année passée.

Le programme met l’accent sur une expansion à la fois quantitative et qualitative des personnels du secteur sanitaire et social. Mais étoffer l’effectif des agents de santé ne suffit pas ; le travail décent doit se généraliser. Les conditions d’emploi de tous les agents de santé doivent être définies de manière à les inciter à rester dans la profession.

Bon nombre de professionnels de la santé et des services sociaux ont quitté le secteur pour chercher un emploi ailleurs. Les faibles salaires et le surmenage avaient eu raison de leur moral. Des dizaines de milliers de travailleurs/euses sociaux et de la santé souffrent chaque année d’épuisement au travail, conséquence de l’incurie des gouvernements face à la nécessité d’instituer une dotation en personnel efficace et sûre dans le domaine de la santé.

L’Organisation internationale du Travail a également pris position en vue de promouvoir le travail décent dans le secteur de la santé. Lors de sa réunion tenue en novembre dernier, le Conseil d’administration du BIT a approuvé les conclusions de la Réunion tripartite de l’OIT sur les moyens d’améliorer les conditions d’emploi et de travail dans les services de santé, qui a eu lieu au deuxième trimestre de 2017.

Tout le monde doit monter au créneau pour assurer un travail décent au profit des travailleurs/euses de la santé. Les gouvernements nationaux et tous les acteurs concernés doivent donner la priorité au renforcement du système de santé, notamment en veillant à ce que les personnels de santé soient suffisamment qualifiés et rémunérés. Seul un solide système de santé publique permettra d’atteindre cet objectif dans sa globalité.

La prestation privée de services de santé, y compris par le biais de partenariats public-privé (PPP), entraîne la marchandisation de ces services mais aussi la marchandisation du personnel chargé de les dispenser. Et les personnes qui souffrent de cette marchandisation de la santé sont celles qui ont le plus besoin des services sociaux et de santé.

Le récent rapport d’une enquête menée par l’University College London auprès d’établissements de soins infirmiers et de soins spéciaux au Royaume-Uni constitue ici un exemple troublant. Dans 91 des 92 établissements visés, abus et négligences étaient monnaie courante et ce principalement en raison de l’insuffisance des effectifs et de l’épuisement du personnel soignant  au sein de ces établissements gérés par des prestataires privés sous le couvert de PPP. 

Cette situation révoltante ne peut plus durer. Notre santé n’est pas à vendre et l’individu doit passer avant le profit. L’ISP a indiqué sans détour, lors de l’événement parallèle que nous avions organisé en marge du 4ème Forum mondial sur les ressources humaines pour la santé à Dublin, en novembre dernier : « Pour que les soins de santé universels deviennent une réalité, nous devons placer l’individu au centre du processus qui nécessite de repenser les systèmes de santé pour l’avenir. »

L’ISP réitère son engagement en faveur de la santé pour tous. Et nous appelons les gouvernements du monde entier à collaborer plus étroitement avec les syndicats du secteur de la santé en tant que partenaires sociaux, et à investir dans l’amélioration de l’emploi et des conditions de travail des travailleurs/euses de la santé afin que les soins de santé universels puissent devenir une réalité.

Cet article est extrait de Bulletin d’information « Droit à la Santé », numéro 04 (avril/mai 2018). Abonnez-vous au bulletin. Envoyez-nous vos articles.

 

Voir aussi