À la reconquête des services publics: Comment villes et citoyens tournent la page de la privatisation

23 Juin, 2017
Source: 
Transnational Institute (TNI), Multinationals Observatory, Austrian Federal Chamber of Labour (AK), European Federation of Public Service Unions (EPSU), Ingeniería Sin Fronteras Cataluña (ISF), Public Services International (PSI),
Il est vital, pour quiconque s'intéresse à l'avenir des services démocratiques locaux tels que l'énergie, l'eau et la santé, de lire l'ouvrage Réhabilitation des services publics. Il s'agit d'un tour d'horizon approfondi des nouvelles initiatives en matière de propriété publique et des diverses approches de déprivatisation.

De New Delhi à Barcelone, de l'Argentine à l'Allemagne, des milliers d'hommes et femmes politiques, de fonctionnaires, de travailleurs et travailleuses, de syndicats et de mouvements sociaux réclament ou créent des services publics pour répondre aux besoins fondamentaux des personnes et répondre aux défis environnementaux.

Il y a eu ces dernières années au moins 835 cas de (re)municipalisation de services publics dans le monde, impliquant plus de 1600 villes dans 45 pays.

Pourquoi des gens du monde entier partent-ils à la reconquête des services essentiels, en les retirant des mains de firmes privées pour les faire revenir dans le giron public? Les raisons de remunicipaliser sont multiples: la volonté de mettre fin aux abus des opérateurs privés ou à des atteintes aux droits des travailleurs, le souhait de reprendre le contrôle de l’économie et des ressources locales, le désir de fournir un service abordable aux citoyens, ou encore l’aspiration à mettre en œuvre des stratégies ambitieuses de transition énergétique, par exemple.

La remunicipalisation concerne aussi bien des petits villages que des métropoles, avec différents modèles de gestion et de propriété publiques et des degrés variables de participation des citoyens et des employés. De cette diversité émerge néanmoins un tableau cohérent: il est possible de créer ou recréer des services publics efficaces, démocratiques et abordables. Les hausses de prix et la dégradation de la qualité des services ne sont pas une fatalité. De plus en plus de citoyens et de villes tournent la page de la privatisation pour remettre les services essentiels entre les mains du public.

Principales conclusions de l'ouvrage :

  1. Il existe de meilleures solutions que la privatisation
  2. La remunicipalisation est bien plus fréquente qu'on ne le croit et elle fonctionne
  3. La remunicipalisation est une réponse locale à l'austérité
  4. La remunicipalisation est la stratégie clé pour la transition énergétique et la démocratie sur le marché de l'énergie
  5. Réintégrer des services en interne est finalement moins cher pour les autorités locales
  6. La remunicipalisation produit des services publics plus démocratiques et de meilleure qualité
  7. La remunicipalisation, c'est 835 raisons de plus pour s'opposer aux accords commerciaux et d'investissement
  8. Leçons apprises : Ne commencez pas par privatiser
  9. La remunicipalisation ouvre des perspectives pour une nouvelle forme diversifiée et démocratique de propriété publique.
  10. Les villes qui remunicipalisent et les groupements de citoyens œuvrent ensemble pour élaborer des réseaux.
  11. Ce  prix et ce nouvel ouvrage viennent confirmer et prouver l'échec de la privatisation mais aussi les avantages de la gestion publique.

Il y a sept ans, la Ville de Paris a remis son alimentation en eau dans les mains du secteur public. Aujourd'hui, elle a reçu l'une des plus grandes distinctions internationales récompensant les services publics lors d'une cérémonie spéciale des NU qui a eu lieu à La Haye.

Téléchargez un PDF du résumé en Français (rapport complet en anglais)

Pour savoir plus:

Téléchargements

Voir aussi