We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

La privatisation offre un avenir sombre aux musées du Royaume-Uni

19 Juillet 2016
No privatisation at the National Gallery
Tracy Edwards, secrétaire de groupe au syndicat britannique PCS, a écrit an article pour le journal The Guardian sur la privatisation des musées britanniques. En voici un extrait.

Lorsque le service des visiteurs du Musée impérial de la guerre a été privatisé en 2014, nous avons dit que ce serait une erreur de le confier à une agence de sécurité sans expérience dans la surveillance des musées. L’agence en question, Shield, a fait faillite et le personnel attend toujours les indemnités impayées. Pendant la période relativement courte durant laquelle l’agence était responsable de la sécurité du musée, nos représentants ont signalé de multiples problèmes de santé et de sécurité à HMS Belfast et des problèmes de sécurité au site principal de Lambeth.

 Au National Gallery, où l’externalisation du service des visiteurs au profit de Securitas a provoqué un conflit dont on a beaucoup entendu parler l’année dernière, les travailleurs font la grimace lorsqu’ils lisent dans la presse que le directeur, Gabriele Finaldi, estime que la privatisation ‘fonctionne plutôt bien.’ Ce n’est pas le point de vue que partagent les travailleurs qui se battent depuis six mois pour avoir des sièges à leur disposition pendant les expositions et qui attendent toujours de voir se concrétiser la promesse de recevoir un salaire décent. La même entreprise a récemment remporté un marché lucratif pour fournir du personnel en contrat ‘zéro heure’ au Tate et elle essaie d’empêcher les travailleurs d’exercer leurs droits syndicaux collectifs inscrits dans l’accord de reconnaissance.


Lire l'article complet (en anglais)

Voir aussi