We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

La KPTU obtient la résiliation du contrat pour la Ligne 9 du métro de Séoul

05 février 2019
En plein milieu d'un contrat de 10 ans, l'administration locale de la capitale sud-coréenne décide de mettre un terme à son contrat avec les opérateurs privés français RATP Dev et Transdev après l'échec des négociations sur le renouvellement des conditions de travail. La nouvelle est tombée le 18 janvier, peu après que des membres de la Fédération coréenne des syndicats des travailleurs/euses du secteur public et des transports publics (KPTU), un affilié de l'ISP et de l'ITF ont annoncé leur intention d’entamer une grève.

Si cette décision représente un grand pas en avant pour la KPTU et sa campagne en faveur de la remise entre les mains du secteur public de la direction et la gestion de la ligne 9 du métro de Séoul, la ligne n’est toujours pas entièrement publique. En effet, elle sera désormais gérée directement par « Metro 9 », la société privée intermédiaire qui a investi dans le développement de la ligne et détient un contrat jusqu'en 2038.

Wol-san Liem, Président des Affaires internationales et de la péninsule coréenne de la KPTU, a déclaré :

« Même si Metro 9 est toujours une entreprise privée, il y a maintenant un intermédiaire de moins. Nous avançons vers une Ligne 9 entièrement publique.La résiliation du contrat avec la RATP Dev et Transdev est le résultat immédiat de la campagne menée par les travailleurs et les travailleuses de la Ligne 9. Leur campagne a été soutenue par la société civile et les syndicats du secteur des transports publics qui ont manifesté leur solidarité. »

Les travailleurs et travailleuses de la KPTU affectés à la Ligne 9 du métro ont exprimé à plusieurs reprises leurs inquiétudes quant pratiques de la RATP Dev et de Transdev auprès des autorités locales de Séoul. Ils/Elles redoutaient la survenue d’un accident grave si rien ne venait à changer.

« La prochaine étape est de garantir auprès de la nouvelle entreprise le maintien des conditions d’emploi de tous les travailleurs et travailleuses touchés par ce changement. Nous devons ensuite améliorer les conditions de travail sur la ligne et promouvoir la réalisation d'une Ligne 9 entièrement publique et responsable dans les plus brefs délais. », a ajouté Wol-san.

Le métro de l'enfer

La Ligne 9 est l’une des plus importantes artères des transports publics de la capitale sud-coréenne fortement peuplée. C'est pourtant la seule ligne principale du métro de Séoul à être exploitée par un opérateur privé.

En outre, la qualité du service de transport de la Ligne 9 et les conditions de travail sont nettement inférieures à celles des lignes exploitées par le secteur public. Les politiques agressives de réduction des coûts et de prélèvement des profits des actionnaires se sont traduites par une diminution des heures de repos des conducteurs/trices de métro et un manque d'investissement dans les autocars, les infrastructures et le personnel.

La ligne de métro est de plus en plus surpeuplée et encombrée : vols, actes de violence et harcèlement sont monnaie courante, à tel point que les passager-e-s l’ont rebaptisée « le métro de l'enfer ».

Campagne de remunicipalisation

En 2017, la KPTU a décidé que la seule stratégie viable pour résoudre ces problèmes était de remettre la ligne de métro entre les mains du secteur public afin d'assurer la qualité du service, la sécurité, l'efficacité ainsi que des conditions de travail décentes. Pour y parvenir, la KPTU a lancé une campagne. Depuis lors, le syndicat a régulièrement mobilisé les passagers et la société civile en faveur de la remunicipalisation de la Ligne 9, qui est maintenant soutenue par plus de 90 % des passager-e-s.

Une délégation de la KPTU était également présente à l’Atelier mondial de l'ISP sur la remunicipalisation en décembre 2018, où elle a partagé sa lutte et sa campagne pour remunicipaliser la Ligne 9 du métro de Séoul avec plus de 60 syndicalistes et allié-e-s des services publics du monde entier.

La campagne s'inscrit dans le cadre de la Campagne de l'ITF sur les transports publics, qui lui a permis de lui donner une visibilité et d'obtenir la solidarité de nombreux syndicats des transports publics dans le monde entier.

Voir aussi