We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Consultations de la Banque mondiale sur les ODD et l’éducation

06 Août 2015
Students at Hidassie primary school - Addis Ababa, Ethiopia
A l’occasion d’un débat organisé le 14 juillet dernier en marge de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement d’Addis-Abeba, le Président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a appelé à une intensification des efforts visant à accroître l’accès des femmes à des emplois de qualité, aux avoirs et aux infrastructures.

« La croissance économique est l’outil le plus puissant dont nous disposons pour éliminer la pauvreté de la surface du globe. L’économie mondiale doit croître plus vite et plus durablement. Elle a besoin d’une croissance inclusive qui donne des opportunités à tous, et ceci nécessite la pleine participation des hommes et des femmes. », a affirmé le Président Kim.

« En rémunérant davantage les femmes, on améliore les finances publiques et on favorise une augmentation des bénéfices commerciaux grâce à la hausse de la demande et de la productivité », a-t-il déclaré. « Lorsque nous promouvons l’égalité entre hommes et femmes – y compris le principe “‘à travail égal, salaire égal” –, nous en profitons tous, car si les mères sont plus instruites, leurs enfants seront en meilleure santé et lorsque les femmes gagnent davantage, elles investissent davantage dans la génération suivante. »

Avec d’autres banques multilatérales de développement et le FMI, le Groupe de la Banque mondiale a annoncé le 10 juillet sa décision d’accorder plus de 400 milliards de dollars de financement au cours des trois prochaines années et de coopérer plus étroitement avec les partenaires privés et publics afin de mobiliser les ressources nécessaires pour parvenir aux nouveaux Objectifs de développement durable (ODD).

Le Groupe de la Banque mondiale est en train d’achever des consultations mondiales sur une nouvelle stratégie pour le genre et l’égalité des sexes, qui sera lancée à la fin de 2015. Les participant(e)s issu(e)s des pouvoirs publics, de la société civile et du secteur privé ont souligné que, outre la santé et l’éducation, les femmes devaient bénéficier d’une égalité d’accès aux emplois, aux formations, aux moyens financiers, à la sécurité dans les transports publics et à d’autres infrastructures essentielles, ainsi que d’un appui pour l’aide qu’elles apportent aux autres. Il s’avère essentiel que le Réseau ESCW joue un rôle actif en s’impliquant auprès de la Banque mondiale sur des questions liées à l’éducation, et en veillant à ce que sa nouvelle stratégie pour le genre reflète les relations évidentes qu’entretiennent le genre et le travail précaire dans le domaine de l’éducation.

Voir aussi