PSI denounces the violations and attacks on trade union rights and human rights in Algeria

18 October 2012
The security services in Algeria have arrested and assaulted twelve unionists who were peacefully protesting to support their colleague, Saad Bourekba, that has been indicted for sabotaging the computer network. PSI has sent a letter of protest to the President of Algeria.

Monsieur Abdelaziz Bouteflika
Président de la République d'Algérie
El Mouradia
Alger

 

18 octobre 2012

 

Monsieur le Président,

 

Arrestations collectives des manifestants à Sétif – Algérie

Je vous écris encore une fois, au nom de l’Internationale des Services Publics (ISP) et de ses 20 millions de membres dans le monde entier, pour dénoncer vivement les violations et atteintes aux droits syndicaux et droits humains en Algérie.

Nous avons été informés que, le 16 octobre 2012, les services de sécurité ont arrêté et agressé douzes militant-e-s syndicalistes de notre affilié, SNAPAP, qui manifestaient pacifiquement pour soutenir leur collègue, Saad Bourekba, membre de la Fédération nationale du secteur de la justice, inculpé pour sabotage du réseau informatique durant la grève générale du 10 avril 2012.

À peine arrivés devant le tribunal de Sétif, les manifestant-e-s pacifiques du SNAPAP ont été encerclés par une armada de policiers qui a réprimé violemment douze personnes venues exprimer leur solidarité envers un syndicaliste victime d’une machination et d’un harcèlement judiciaire.

Parmi les femmes agressées, Mme Hireche F., qui a été violentée physiquement par plusieurs policiers et projetée violemment sur le sol, a subi un traumatisme crânien. Elle a été évacuée en urgence vers le centre hospitalier de Sétif.

Yacine Zaid, Kherba Abdekkader et Kefkef Amar ont été battus à coups de pied et de poing et ont été trainés sur des dizaines de mètres sur le sol, pour être ensuite arrêtés et emmenés au commissariat central durant toute la matinée.

Les policiers ont adressés des propos diffamatoires et injurieux à l’égard des syndicalistes du SNAPAP.

Une fois de plus, nous appelons le gouvernement algérien à prendre les mesures qui s’imposent et de veiller au bon respect des droits fondamentaux au travail, y compris les droits syndicaux et les libertés civiles. Nous l’appelons également à cesser le harcèlement continu de notre affilié, le SNAPAP.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes respectueuses salutations

Peter WALDORFF

General Secretary

 

 

Also see